Battage du mil au village, un événement important dans nos communautés rurales

Les épis de mil étalés sur l'aire de battage
Les épis de mil étalés sur l’aire de battage

Le battage du Mil comme nous l’avons toujours signalé, est un grand événement tant sur le plan culturel que l’intégration sociale dans les localités rurales du Mali.  Il met fin  à la souffrance des populations parce que les greniers étaient vides il y a un peu longtemps.  C’est également un grand moment de retrouvaille entre les habitants du village et aussi, entre les filles du village mariées ailleurs dans d’autres localités.

A la fin des récoltes, Par charrettes ou avec de gros paniers sur la tête, les paysans ramassent tas par tas, les épis de mil à travers le champ entre les tiges couchées par terre et les transportent sur de grands espaces bien aménagés çà et là autour du village. Ce sont des aires de battage. Cette activité tenue sans relâche, peut durer plusieurs semaines, surtout pour les grandes familles qui ont de grands espaces cultivables. Quand ils finissent de tout transporter, ils étalent les épis sur l’aire de battage en forme rectangulaire tout au long de la longueur du grand espace pour faciliter la montée et la descente quand le battage se fait à la main, mais en forme de cercle fermé  et rempli, quand le battage se fait avec une BEN.

Auparavant

Auparavant, jusque dans les années 1980, dans beaucoup de villages du Cercle de Ségou, le battage du mil se faisait à

Battage du haricot au village
Battage du haricot au village

la main avec des bâtons bien fabriqués pour l’occasion à partir de branches d’arbres comme dans cette image ici lors du battage de haricot . Une fois les épis étalés sur les aires de battage, les chefs de famille se font déjà une idée sur le nombre de sacs qu’il pourrait avoir  à la fin des travaux.  Cependant, les populations de différents villages à tour de rôle, s’invitaient mutuellement pour battre le mil de chaque famille dans les différents villages. Cette activité constituait  une  très grande occasion de rencontre et d’intégration entre les jeunes de différents villages. Conformément aux rythmes des bâtons, ces bras  valides en rang sur le mil, unis dans l’idée comme les dés d’un chapelet, laissaient entendre en chœurs, des chansons culturelles et traditionnelles, toutes basées sur l’union, la solidarité, la paix, l’entraide, les intérêts de l’agriculture, les avantages du travail, bref, les jeunes  s’encourageaient et se conseillaient entre eux. De générations en générations, ces chansons étaient transmises par les plus âgés aux  plus jeunes afin qu’elles persistent et perpétuent même quand les plus âgés devaient laisser leurs places aux nouveaux entrants dans les années à avenir.   Parfois, pour taquiner un aîné, un des jeunes avec son bâton, lui jetait  des grains de mil sur le visage et du coup, le jeune est amendé à payer un poulet ou des paquets de bonbon. De la même manière, entre des cousins « Kanoumaa » et des  cousins à plaisanterie « Sanankoun « ,  s’alternaient des chansons de critiques et d’insulte (humour) et cela avait pour but de faire perpétuer ces pratiques et de rappeler en présence de tous, le lien parental entre telles et telles personnes.

A midi, ces braves hommes qui n’ont jamais eu pitié de leur corps dans le du travail, qui ont toujours compris que l’épanouissement économique de la communauté repose sur  leurs épaules, qui ont toujours su garder en tête que c’est la famine qui chasse la liberté de l’homme, que la paresse est la pine ennemie de l’homme, quittent l’aire de battage pour rejoindre des femmes qui leur ont apporté à manger à l’ombre du grand arbre. Par groupe d’âge, ils se regroupent autour des plats avec de très bonne sauce de viande de chèvres offertes par le chef de la famille. A la fin d’un petit repos après le repas, ils retournent sur le mil, le battre jusqu’au moment où ils sont convaincus que tous les grains sont sortis. Ainsi, ils se donnent au-revoir en se donnant rendez-vous à l’aire de battage du mil d’une autre famille le lendemain.

Aujourd’hui

DSC_0551De nos jours, cette activité ne se tient plus de la même manière.  En lieu et place des groupes de jeunes  qui se retrouvaient autour de ce grand événement dans les villages, les camions BEN prennent la relève!  Ainsi, pour le battage du mil d’une famille, ce sont juste les jeunes de cette famille et quelques uns d leurs amis qui se retrouvent pour aider le chauffeur du camion à faire le travail. Après avoir discuté le frais du travail avec le chef de famille (payé en argent ou en sacs de mil), le chauffeur de la BEN met le moteur en marche et commence à tourner en rond sur les épis étalés devant lui sous forme de cercle fermé. Dans un grand bruit du moteur et dans une poussière épaisse où à peine on voit de loin le camion tourner sur le mil, les épis crépissent sous les pneus et les grains jaillissent de partout. Après plusieurs tours sur le mil, le chauffeur fait un arrêt pour laisser les jeunes de la famille remuer les épis. Quelques tours après cela, on retrouve que tous les grains à part  avec les résidus jeté de côté comme les jambes d’un animal dévoré par un groupe de chien. En quelques heures, le travail est fini et le chauffeur  avec son apprenti se dirige vers le tas d’épis de mil d’une autre famille où ils trouvent sur place, des jeunes déjà pressés.  Si parfois le chauffeur de camion passe une journée entière sur le mil des grandes familles, parfois, il arrange pour deux à trois petite familles en une journée.

Après le battage, c’est au tour des femmes de venir vanner le mil  pour avoir les grains. Nous allons également détailler dans un prochain article, cette activité qui regroupe plusieurs femmes venues de différents horizons.

Le battage du mil avec les camions BEN est devenu plus simple, plus facile et plus rapide, mais nous ne pouvons pas aussi nous jouir de la disparation des facteurs culturels, traditionnels et d’intégration que ça engendrait dans les villages. Les vieilles personnes, nostalgiques, les yeux fixés sur ces beaux souvenirs, sur ces belles rencontres passées, chantant à voix basses ces vieilles chansons, sont encore inquiètes de l’arrivée dans nos murs il y a quelques années  d’une nouvelle machine appelée batteuse de mil. Dans un prochain billet, nous donnerons les détails sur ces machines.

A suivre…

Advertisements

Un commentaire sur “Battage du mil au village, un événement important dans nos communautés rurales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s