Taoudéni, un centre minier de sel au nord de Tombouctou

16864931_1597446550269877_6717668742173046578_nTaoudéni est un centre minier du sel au Mali. Les chameliers quittent Tombouctou, se rendent dans le lit d’un ancien lac salé à Taoudéni pour  y extraient du sel gemme sous forme de barre ou de latte.  Ils chargent  des barres du sel gemme sur des chameaux et commencent une longue marche de Taoudéni jusqu’au fleuve Niger au cours de laquelle, la caravane, de passage, vend du sel dans les marchés des différentes localités. Cette caravane, appelée la caravane de L’Azalai serait une culture ancestrale spécifique aux arabes de Taoudéni et de Tombouctou. Après ce long trajet jusqu’au fleuve Niger, les chameliers troquent le reste des barres de sel contre le mil dans le pays dogon. C’est ce qui explique le lien entre les Berabich de l’Azalai et les paysans dogons depuis des siècles…

Article coproduit avec les commentaires de Aïssa Haidara ToureSumudu Dhanapala et Caid Barbouchi

16831939_10210056244134932_9200174144003689423_n

img_5512

Publicités

Mali: Prédire l’avenir en interprétant les traces du renard, une technique de prédiction chez les dogons

DSCN6231.JPG
Tableau du renard chez les dogons

En Afrique, surtout au Mali, « aller chercher la tranquillité de l’esprit chez les divins » est une pratique ancienne qui reste encore courante de nos jours. Plusieurs personnes, en cas de soucis ou d’inquiétudes, partent se confier « aux voyants de l’avenir » pour avoir une idée claire sur la situation qui les dérange dans leur tranquillité, comme souligne Seydou Badian Kouyaté dans son roman imaginaire intitulé « Sous l’Orage », quand Maman Téné, soucieuse, se rend chez le féticheur pour aller consulter les esprits afin de savoir à  l’avenir comment va se terminer tous les problèmes autour du mariage de Kany, sa fille.   Lire la suite

Mali: Culture, TIC et Multilinguisme: quels avantages?

dsc_8674

Les Technologies de l’Information et de la Communication font de l’exploit dans tous les domaines de la vie aujourd’hui: communication, partage d’information, éducation, santé, transport, agriculture ainsi que la culture. En plus de plusieurs facteurs comme le déplacement massif des jeunes  des villages vers les villes, l’ignorance des atouts et des valeurs culturelles villageoises par les communautés locales, le poids du modernisme ainsi que les Technologies de l’Information et de la Communication, la menace sécuritaire à travers le monde, tend à mettre en péril, les richesses culturelles de partout à travers le monde, comme le cas de l’annulation de l’édition 2016, de Yaral (la traversée des bœufs) à Diafarabé au Mali. Lire la suite

Mali: la promotion de la culture recule-t-elle face à l’insécurité?

dsc_0645
Jeunes peuls entrant en héros dans le village

L’édition 2016 du Yaaral, communément appelé la traversée des bœufs et  initialement prévue le 21 novembre, a été annulé  à cause des risques d’insécurité dans la localité. Ce beau monde venant de partout à travers le monde pour découvrir le talent culturel des jeunes de la localité de Diafarabé, n’a pas pu se tenir cette année. Les amis de la culture malienne, les touristes et les populations des localités qui prenaient part à cette grande fête annuelle, sont tous restés nostalgiques. Lire la suite

Qu’est-ce qui se cache derrière les masques dogons qui dansent ?

dsc_0625
Photo de masques dogon à Sangha au Mali

Nous avons presque tous, au moins une fois, assisté à une cérémonie de danse de masques dogon, mais sans toutefois nécessairement chercher à connaître ce qui peut se cacher derrière ces masques. Nous avons toujours considéré cette cérémonie comme un simple spectacle traditionnel. Lire la suite

A Bamako, utiliser le numérique pour préserver et transmettre l’héritage culturel malien

img_20160924_110701

A travers notre entretien avec Samir Abdelkrim, sur le site Samir #TECHAFRIQUE, INNOVATION & STARTUP TOUR IN AFRICA, vous pourrez mieux apprendre sur les objectifs du projet  « Quand le village se réveille » qui consiste pour nous « de permettre aux différentes générations – anciennes et futures – d’utiliser le numérique comme relais et comme témoin de la culture malienne, quelque soit ses formes : orales, visuelles, auditives » et cela à travers notre blog, notre page Fecabook, notre compte Twitter et une application androïde très facile à installer sur vos Smartphones.

L’intégralité de l’interview à lire ici